Arthritis

L’arthrose fait-elle partie du syndrome métabolique ?

L’arthrose est la dégradation du cartilage, une protéine spongieuse qui recouvre les extrémités des os dans une articulation. Le cartilage normal aide à l’absorption des chocs en servant de coussin aux extrémités des os. Le cartilage en tant que fluide dans l’articulation permet un mouvement articulaire en douceur. À mesure que l’arthrose progresse, l’espace entre les os se rétrécit, le cartilage s’use et l’os sous-jacent est exposé. Il en résulte un mouvement douloureux de l’articulation ainsi qu’un mouvement limité. Des éperons osseux peuvent se développer autour de l’articulation, limitant davantage le mouvement et contribuant à plus de douleur. L’inflammation ne joue qu’un rôle mineur dans l’arthrose.

Les causes de l’arthrose sont nombreuses, la plus connue étant le processus de vieillissement. Avec l’âge, la teneur en eau du cartilage augmente et la teneur en protéines diminue. Au fur et à mesure que la teneur en eau augmente, le cartilage devient plus mou, plus perméable et perd ses propriétés mécaniques. La teneur en protéines diminue, ce qui contribue à ralentir la dégénérescence du cartilage, entraînant des desquamations et des érosions.

D’autres causes d’arthrose comprennent un alignement osseux anormal. Dans le pied, la cause la plus fréquente est une mécanique défectueuse du pied. Lorsque le pied n’est pas aligné et ne fonctionne pas correctement, cela provoque un stress anormal sur les articulations du pied, de la cheville, du genou, de la hanche et du dos. Le traumatisme est une cause bien connue de l’arthrite. Un traumatisme direct peut perturber les structures articulaires, provoquer un mauvais alignement de l’articulation ou provoquer une faiblesse des structures environnantes, entraînant une instabilité de l’articulation et une éventuelle arthrose. D’autres causes, telles que l’infection, les médicaments (comme les stéroïdes) et la génétique contribuent au développement de l’arthrite.

L’obésité est une cause fréquente d’arthrite. Le mécanisme exact de l’influence de l’excès de poids sur l’arthrose n’est pas clair. Bien que la charge excessive placée sur les surfaces articulaires accélère la dégradation du cartilage, l’obésité est également corrélée à l’arthrose de la main, indiquant une cause plus systémique. L’obésité augmente les chances d’avoir un syndrome métabolique. Le syndrome métabolique est une affection caractérisée par un ensemble de facteurs de risque liés à la maladie coronarienne, à l’accident vasculaire cérébral et au diabète de type 2. Les facteurs de risque comprennent l’hypertension artérielle, l’obésité abdominale (graisse autour de la taille), des taux de cholestérol anormaux (tels que des taux élevés de triglycérides et de faibles taux de HDL) et la résistance à l’insuline (qui correspond à une glycémie élevée). Les théories sous-jacentes du syndrome métabolique sont liées au métabolisme du corps, très probablement à la résistance à l’insuline. La résistance à l’insuline est l’incapacité des cellules à utiliser efficacement l’insuline, une hormone qui transporte le sucre de la circulation sanguine vers les cellules. Le résultat est une glycémie élevée. La résistance à l’insuline est corrélée à la prise de poids et à l’inactivité.

Dans une étude récente publiée dans la revue Skeletal Radiology, l’épaisseur de la paroi de l’artère poplitée a été évaluée chez des personnes souffrant d’arthrose. Quarante-deux patients qui ont reçu un diagnostic d’arthrose à plusieurs articulations ont été comparés à 27 patients sans arthrose (le groupe témoin). Une IRM du genou a été utilisée pour évaluer l’épaisseur de la paroi vasculaire de l’artère poplitée. Le groupe souffrant d’arthrose avait des parois vasculaires plus épaisses que le groupe témoin, même lorsque les chercheurs ont effectué des ajustements en fonction du sexe, du poids et de l’âge. Étant donné que l’épaisseur de la paroi des vaisseaux est directement liée à l’hypertension artérielle et aux maladies artérielles périphériques et coronariennes, les auteurs suggèrent que l’arthrose pourrait être une autre facette du syndrome métabolique.

Une théorie pour expliquer le lien entre l’arthrose et le syndrome métabolique est basée sur les globules blancs, cellules immunitaires combattantes, augmentant dans les zones où la graisse s’accumule, notamment autour de l’abdomen (obésité abdominale). Au fur et à mesure que les globules blancs augmentent, ils contribuent à une inflammation généralisée dans le corps, provoquant un état pro-inflammatoire (comme indiqué par des taux sanguins élevés de protéine C-réactive) et la production de produits chimiques immunitaires (en particulier des cytokines) qui provoquent une réaction en chaîne. entraînant des dommages au cartilage. La combinaison de la résistance à l’insuline et de l’état pro-inflammatoire peut également affecter le processus normal de réparation du cartilage.

Il est possible que l’arthrose soit un résultat inévitable pour les personnes atteintes du syndrome métabolique.

Kornaat PR et al. Association positive entre l’augmentation de l’épaisseur de la paroi des vaisseaux de l’artère poplitée et l’arthrose généralisée : l’arthrose fait-elle également partie du syndrome métabolique ? Radiol squelettique. 3 juillet 2009.
Rojas-Rodríguez J, et al. La relation entre le syndrome métabolique et le déficit d’utilisation de l’énergie dans la pathogenèse de l’arthrose induite par l’obésité. Hypothèses médicales. 2007;69(4):860-8.
Cicuttini FM, Baker JR, Spector TD : L’association de l’obésité avec l’arthrose de la main et du genou chez les femmes : une étude jumelle. J. Rheumatol. 1996 ; 23:1221-1226.
Felson DT : Poids et arthrose. J. Rheumatol. 1995;43:7-9.
Armstrong CG, Mow VC. Variations des propriétés mécaniques intrinsèques du cartilage articulaire humain avec l’âge, la dégénérescence et la teneur en eau. JBJS. 1982 ; 64:88-94.

About the author

admin

Leave a Comment