Arthritis

Polyarthrite rhumatoïde : rôle de l’ergothérapeute dans l’assise – 1

Une assise correcte pour le patient atteint de polyarthrite rhumatoïde est très importante, car si le patient a un siège/fauteuil qui n’est pas adapté, cela entraînera une aggravation de la douleur et/ou de l’inconfort. En plus de cela, cela contribuera également à la détérioration de son indépendance lorsqu’il voudra se lever pour aller aux toilettes, répondre au téléphone, prendre un repas, etc.

Très peu de patients atteints de polyarthrite rhumatoïde disposent d’un support d’assise adéquat dans leur fauteuil. Il s’agit peut-être d’une limitation financière ou d’un cas de moindre priorité, de sorte que le projet a peut-être été abandonné. Pour les cliniques de sièges, beaucoup fournissent simplement un moyen d’élever le siège lui-même en option, ce qui, la plupart du temps, n’est pas nécessaire pour la personne atteinte de polyarthrite rhumatoïde.

Lors du choix d’une chaise pour un patient, les éléments suivants doivent être pris en compte

1. Le patient doit porter ses chaussures de maison habituellement portées pour s’assurer que la taille correcte est mesurée à l’aide d’outils et d’équipements quotidiens.

2. Le tissu doit être ferme (le vinyle provoque la transpiration, ce qui entraîne d’autres problèmes)

3. La hauteur d’assise adéquate pour le patient est mesurée du bas des chaussures (semelles) à l’arrière des genoux du patient en position assise, et les genoux doivent être à angle droit (90 degrés).

4. La profondeur d’assise est mesurée de l’arrière des fesses à l’arrière des genoux du patient assis.

5. La largeur du siège doit être mesurée avec le patient assis dans le fauteuil, avec un espace supplémentaire de 1 à 1,5 pouce de chaque côté à partir des fesses. C’est pour les virages, les transferts et le confort général. Il ne doit pas dépasser un total de 3 pouces supplémentaires, car cela entraînera des accoudoirs plus éloignés.

6. Il doit y avoir des contours de dossier sur toute la longueur de la colonne vertébrale, y compris le cou, et inclinés pour s’adapter à chaque patient.

7. Des accoudoirs sont nécessaires et ils doivent soutenir les bras sans obliger le patient à courber les épaules.

8. Chaque accoudoir du fauteuil doit être de niveau ou légèrement incliné au niveau des doigts, atteignant l’avant des genoux pour aider les patients à se lever.

9. Il est préférable que les accoudoirs soient rembourrés avec des coussins pour faire de la place ou s’adapter aux poussées douloureuses des articulations et des nodules.

10. Il ne doit pas y avoir de planches ou de barres transversales qui soutiennent les pieds avant du fauteuil, car cela limitera la capacité du patient à se tenir debout par lui-même.

About the author

admin

Leave a Comment